Le whiplash ou coup de fouet : comment réagit l’organisme après un accident ?

Le whiplash ou coup de fouet : comment réagit l’organisme après un accident ?

Le nom de whiplash se doit à l’image d’un fouet qui claque : l’onde de choc se répercute à distance avec un décalage entre le moment ou le coup est porté et le moment ou la surface claquée le reçoit. Il est connu qu’après un accident on ne ressente pas les effets immédiatement. Des douleurs peuvent apparaître quelques jours voire quelques semaines après le traumatisme ce qui fait qu'on ne les attribue pas forcément à l’accident.

Prenons l’exemple d’un accident de voiture où le conducteur est forcé de freiner brusquement. Nous sommes composé à 70% d’eau. Même si le choc est faible tous les liquides de l’organisme sont brusquement projetés en avant s’en revenir à leur état initial. Une énergie cinétique reste « bloquée » à certains endroits précis. Les tissus du corps sont comme sidérés : tout se fige et des tensions s’installent peu à peu. Le Core Link (concept ostéopathique, unité fonctionnelle de la dure-mère) lien fondamental entre le crâne et le sacrum perd sa précieuse mobilité. Une tension crânienne peut s’exprimer jusqu’au sacrum et inversement ce qui explique qu'un choc sur les fesses peut entrainer des maux de têtes.

Le corps s’adapte comme il peut à cette nouvelle situation mais cela ne suffit pas toujours. Des douleurs apparaissent telles que des migraines, céphalées, douleurs cervicales, lombalgie…
Le rôle de l’ostéopathe est d'aider le corps à retrouver son état d’équilibre.

Après un accident, un bilan ostéopathique devrait s’imposer !

Stanislas et Mathilde par leur d'activité d'ostéopathe à Versailles vous recevront dans leur cabinet et vous aideront à mieux résorber l'impact de votre accident et la gestion du stress post-traumatique.

Nous contacter !