La personne âgée

La jeunesse éternelle, accessible à tous !

On pourra toujours se cacher derrière une parenthèse de prétextes pour justifier son état et la première des excuses est bien souvent une question d’âge. « Je n’ai plus 20 ans, vous comprenez ? » « Je ne suis plus tout jeune ! » bien évidemment les capacités physiques évoluent avec l’âge et pour autant elles ne doivent pas être sous estimées. Si l’on prend l’exemple certes lointain mais qui a animé notre chaîne alimentaire à l’ère paléolithique, pour manger le gibier il fallait lui courir après. Certaines études montrent que les jeunes couraient vite sur peu de temps pour commencer à fatiguer leur proie, tandis que les plus âgés entamaient leur course plus loin et plus longtemps sur l’endurance pour terminer d’affaiblir la proie. Chacun en fonction de ses dispositions naturelles tenait un rôle bien particulier.

En ostéopathie nous sommes très sensibles à la notion de l’âge du corps, des tissus du corps car étant le support de notre palpation, cette mesure est incontournable dans le choix de nos techniques. La difficulté s’impose à toute personne qui creuse un écart entre l’âge « papier », de naissance et l’âge physique. Nous connaissons tous quelqu’un autour de nous qui paraît plus jeune que son âge ou plus âgée.
Notre corps dénonce donc notre hygiène de vie, le manque d’activité physique, de repos, les troubles alimentaires, les abus d’alcool, le tabac, tout ce qui peut accentuer la dégénérescence cellulaire. Et les effets sont toujours retardés. Tout ce qui ne s’exprime pas, par la douleur, la gêne, s’imprime sur les tissus du corps. L’ostéopathe au travers de cette grille de lecture, lit l’impact de l’usure ou des traumatismes sur la peau, la palpation des muscles, la rigidité des tendons, la souplesse ligamentaire, la qualité et la densité osseuse et articulaire, la qualité des pouls des artères etc. Suivant l’aspect et les informations recueillies, l’ostéopathe évalue l’ancienneté d’une tension. C’est pourquoi l’ostéopathe adapte ses techniques. Il ne faut pas négliger une tension et espérer qu’elle se résorbe par elle-même.

Nous sommes parfois surpris par des patients qui nous disent avoir 85-90 ans voire plus, avec une telle vitalité qu’ils pratiquent au quotidien des exercices physiques, et pour certains ils continuent même à faire du vélo ! Ces patients représentent une génération qui s’éloigne de plus en plus de celle d’aujourd’hui. Un dicton dit, « le mouvement c’est la vie ! » n’oublions que la vie ne s’inscrit pas dans la linéarité et qu’il est pertinent de diversifier ses efforts. Nous vous conseillons de lire « mal de dos, mal du siècle ! »

Pour en revenir à l’âge, il est évident que les contraintes du corps évoluent et en ayant conscience de cette notion de vie et de l’intérêt de se prémunir des maux, envisager un suivi ostéopathique permet d’avoir un accompagnement d’une part et d’être préventif d’autre part. Bien entendu l'hygiène de vie va de paire avec ce concept. Pour que les tissus vivent, il faut que l'esprit vive ! Le rire, l'amour de soi et des autres, un environnement sain sont autant de facteurs encourageant la jeunesse. Il est important de prendre soin de son corps et de son esprit par des activités physiques et psychiques épanouissantes, d'apprendre à se ressourcer, de respirer en conscience, et de faire un bilan en ostéopathie une à deux fois par an pour favoriser l'harmonie.

Dans une certaine mesure l’âge est un concept, restez jeune !

Nous contacter !