L'ostéopathie après l'accouchement

Voir un ostéopathe après avoir accouché

Tout au long de la grossesse et au moment de l'accouchement, le corps de la femme est soumis à rude épreuve. On compare souvent les efforts de l'accouchement à un marathon. Pendant 9 mois le corps de la future maman s'est adapté, plus ou moins bien, aux nouvelles contraintes qui se mettaient en place. L'utérus grossissant refourgue les intestins vers le haut et sur les côtés. Le bébé vient comprimer le diaphragme thoracique, ce qui provoque chez la mère cette fameuse sensation d'oppression, d'essoufflement. Des reflux gastro-œsophagiens peuvent apparaitre. Les courbures de la colonne vertébrale augmentent. Les tensions antérieures tirent sur les lombaires qui se creusent davantage, entraînant une exagération de la cyphose dorsale.

La distension ligamentaire des éléments du bassin pelvien est permise grâce à l'ocytocine, sécrétée par l'hypothalamus de la mère. Cette hormone assouplit les ligaments, tendons, les tissus qui sont plus à même de recevoir le bébé.

La nature est bien faite et ces transformations doivent pouvoir s'opérer sans créer de douleur. La douleur apparait lorsqu'il y avait un blocage pré-existant et que le corps ne parvient pas à engranger une contrainte supplémentaire.

Ces blocages peuvent entraver le bon déroulement de l'accouchement et il est important de lever ces barrières énergétiques par un suivi ostéopathique.

Pendant l'accouchement le périnée, plancher pelvien, subit d'éprouvantes distorsions. Un utérus en contraction est extrêmement puissant pour permettre l'évolution du bébé dans le détroit supérieur puis inférieur du bassin maternel.

Puis le bébé naît. La femme perd au bas mot 6 kilos brusquement (poids du bébé, du placenta, du liquide amniotique). Les sollicitations mécaniques varient immédiatement, les lignes de force sont perturbées, le centre de gravité décalé. Pour peu que la mère ait ressenti des tensions asymétriques pendant le travail, une péridurale mal placée, piquée à plusieurs reprises, une césarienne programmée ou d'urgence, l'adaptation au nouvel équilibre sera moins aisée. La femme a généralement besoin d'un petit coup de pouce ostéopathique pour rééquilibrer les chaînes musculaires antérieures et postérieures, recouvrer l'harmonie des trois diaphragmes.

Nous contacter !