L’étirement musculaire. Comment, pourquoi s’étirer ? Les bienfaits de l’étirement

Il est communément admis qu’après avoir fourni un effort sportif il est nécessaire de s’étirer. Au-delà d’un acquis de conscience, on ne sait pas toujours pourquoi ni comment s’y prendre.

Les muscles fonctionnent selon une polarité agoniste / antagoniste. Lorsqu’un muscle se contracte, il se rétracte, son opposé s’étire, il s’allonge ; le point neutre étant normalement à mi-chemin entre la contraction maximale et l’étirement maximal. Ce n’est pas toujours le cas. Lorsque des sportifs n’utilisent qu’un certain type de muscles, la contraction de l’agoniste est supérieure à celle de l’antagoniste. Autrement dit, le tendon du muscle sur-sollicité sera raccourci même au repos tandis que le tendon du muscle opposé sera allongé. C’est le cas des bodybuilders qui ont les biceps tellement contractés qu’ils n’arrivent plus à tendre complètement les coudes.

C’est en partie le rôle de l’ostéopathe de réajuster les tensions musculaires déséquilibrées. Bien entendu, pour les grands sportifs qui persistent à travailler toujours la même chaine musculaire, le réajustement ostéopathique devra être plus fréquent.

Petit aparté pour les sportifs voulant se muscler intelligemment :
Le travail musculaire peut s’effectuer de différentes manières. Prenons l’exemple du biceps.

  • la contraction isocinétique : le bras se fléchit d’un point A à un point B, sans variation de vitesse dans le mouvement,
  • la contraction isométrique : le bras est en position neutre. Le biceps se contracte contre une résistance supérieure à la force de contraction. Il ne bouge pas,
  • la contraction isolytique : le bras se tend tout en retenant le mouvement. C’est la triceps qui se contracte dans le mouvement d’extension mais l’étirement du biceps est retenu : le biceps dose subtilement sa contraction,

Afin de stimuler l’ensemble des fibres musculaires et d’obtenir une contraction la plus efficiente, il est nécessaire de varier l’exercice contractile et de s’y appliquer de manière symétrique, autant antérieur que postérieur, intérieur qu’extérieur, à droite qu’à gauche.

Pourquoi s’étirer ?

  • l’étirement rééquilibre les tensions musculaires,
  • l’étirement assouplit les tissus,
  • l’étirement soulage les douleurs, gênes liées à une rétention d’énergie,
  • l’étirement permet d’éliminer les toxines sécrétées durant l’effort (l’ATP produit libère en même temps de l’acide lactique),
  • l’étirement prévient des crampes, par libération de l’acide lactique,
  • l’étirement grâce à l’allongement du muscle, contribue à élancer la silhouette,
  • l’étirement stimule la circulation dans le corps,

Comment s’étirer ?

L’étirement ne doit jamais se faire en force. Les fibres s’allongent et libèrent les toxines, mais si on va trop loin dans l’étirement, le muscle va se contracter de manière réflexe pour le protéger du claquage. Tout le bénéfice de l’étirement est donc perdu. Il est donc très important de na pas forcer ! Cela doit être progressif et accompagné d’une respiration lente et profonde. La respiration est un bon signe pour savoir si on va trop loin dans l’étirement : le souffle doit être fluide.
Varier l’exercice en étirant un muscle en statique puis en mouvement.
Pendant l’étirement d’un membre, veillez à ne pas délaisser le reste du corps. Nous voyons souvent des coureurs s’étirer dans la rue. Ils lèvent une jambe sur une barre parallèle au sol sans prendre garde que le genou de la jambe de terre se vrille !

Enfin et surtout, n’oubliez pas de boire de l'eau !